Musique de montagne – ou bien?

Musique de montagne – ou bien?

Ils jouent ensemble depuis leur enfance et se produisent aujourd’hui pour la première fois en duo sur la scène du Festival Alpentöne: Fränggi Gehrig joue de l’accordéon, Maria du violon. Frère et sœur sont en communion avec la nature et la musique folklorique coule dans leurs veines.

Rendez-vous est pris à quelques pas de la gare d’Andermatt. Fränggi Gehrig habite tout en haut d’un immeuble locatif et la rue porte un nom ensoleillé. Des photos de paysage et de personnes de son entourage sont accrochées sur les murs de la cage d’escalier. Le séjour est petit mais confortable. Nous nous asseyons autour d’une table en bois. Sur une affiche à côté de la fenêtre, on peut lire: «The mountains are calling, and I must go.»

Pendant la saison hivernale, Fränggi passe chaque journée «là-haut sur la montagne». Il n’exerce alors plus son métier de musicien, mais de moniteur de ski. En tant que directeur technique de l’école de sports de neige d’Andermatt, il est entre autres responsable de la formation de plus de 90 moniteurs de ski. Fränggi se définit comme un «homme à phases»: «L’hiver, je me donne à cent pour cent au ski tandis qu’en été, je me consacre davantage à la musique et trouve un équilibre en pratiquant la varappe et le VTT.»

Enraciné dans la vallée d’Urseren

Fränggi Gehrig (33 ans), a suivi une formation d’ingénieur en construction avant d’étudier l’accordéon à l’école des hautes études de musique à Lucerne (jazz, musique folklorique et composition). Plus ou moins en parallèle, sa sœur cadette Maria (31 ans) a étudié le violon à la même école (classique et musique folklorique). «Je tiens à préciser que ce n’est qu’à la fin de notre formation à Lucerne que nous avons commencé à nous produire en duo.» Il précise que c’est elle qui lui a proposé de «faire quelque chose à deux».

Comme son frère Fränggi, Maria aime elle aussi beaucoup skier et travaille comme formatrice de sports de neige. Elle adore partir en vadrouille dans les montagnes. Autant qu’elle le peut, elle passe l’été dans la cabane d’alpage familiale à Äsch, près d’Unterschächen. C’est …


Vous êtes curieux ? Vous trouverez l’article complet dans l’Ami de la Nature 02/19. Il vous suffit de vous abonner au magazine via notre boutique.

Laisser un commentaire

Défilement vers le haut