26.03.2020

3 questions à Matthias Haupt

Les 3 questions s’adressent aujourd’hui à Matthias Haupt. Il est le patron des éditions Haupt domiciliées à Berne qui publient entre autres depuis des années des ouvrages consacrés à la faune et à la flore. La maison d’édition vient de sortir un livre consacré aux papillons et intitulé «Wie Schmetterlinge leben».

Les personnes intéressées par la flore et la faune connaissent probablement la maison d’édition bernoise Haupt Verlag. Les ouvrages de référence sur la dénomination des espèces, de «Flora Helvetica» à «Flora Alpina», proviennent pour la plupart de cette maison fondée il y a plus de 100 ans. J’imagine qu’un éditeur de tels ouvrages a une sorte de mission. Est-ce le cas? Et si oui, que souhaitez-vous transmettre aux gens?

Nous ne sommes pas des missionnaires mais ravis de pouvoir commercialiser des livres pertinents sur d’importants thèmes de la nature. Scientifiquement bien fondés, les ouvrages restent cependant accessibles au grand public. Notre objectif est non pas de vulgariser mais de populariser des sujets complexes. Sans compter que nos publications doivent répondre à nos exigences non seulement par rapport au contenu mais surtout aussi en ce qui concerne la mise en pages soignée. On doit avoir du plaisir à tenir un livre sur la nature de Haupt entre ses mains, à la maison ou à la campagne. S’il fallait parler d’une «mission éditoriale», ce serait dans le sens de partager la joie envers la nature et d’en prendre soin.

Pour financer un projet de livre via des investisseurs privés et les subventions publiques, les moyens sont limités. Pouvez-vous nous donner davantage de renseignements sur le financement et le tirage de vos ouvrages?

Vous abordez un point sensible. En tant qu’entreprise familiale indépendante, nous devons utiliser de façon judicieuse les moyens à notre disposition et calculer finement. Ne nous adressant pas à un «public de masse», nos livres sur le nature n’atteignent jamais d’énormes tirages comme certains ouvrages de littérature. Il s’agit souvent chez nous de thèmes à niches que nous traitons, et le tirage ne dépasse parfois même pas les 500 exemplaires. Dans de tels cas, nous sommes toujours reconnaissants de pouvoir compter sur des ressources extérieures permettant de proposer un prix bas en magasin. Les tirages de nos guides de la nature oscillent généralement entre 2000 et 3000 exemplaires. L’un de nos principes éditoriaux, le «calcul mixte», veut que les titres à grand tirage aident à cofinancer les faibles tirages. Nous appliquons cette règle depuis plus de 100 ans dans notre maison d’édition. J’avoue cependant que j’aimerais volontiers rencontrer un jour un mécène généreux. Cela nous faciliterait sans doute beaucoup la vie.

Haupt Verlag vient de publier un ouvrage consacré aux papillons, «Wie Schmetterlinge leben». Pour un éditeur, chaque livre a sa propre histoire. A quel moment a eu lieu le premier contact entre vous et les auteurs du livre? Et qu’est-ce qui vous fascine particulièrement chez les papillons?

Le premier contact au eu lieu il n’y a pas très longtemps. Les deux auteurs sont venus présenter leur projet à notre maison en été 2018. Nous étions d’emblée conquis par le concept, par les illustrations grandioses de l’artiste allemand renommé Johann Brandstetter et par les textes aussi compétents que passionnants de la biologiste Elke Zippel. Pour moi aussi, c’est un merveilleux exemple du genre d’ouvrages qui conserveront longtemps encore tout leur intérêt. C’est un rêve pour tout éditeur.

Défilement vers le haut