13.09.2019

Déplacer des montagnes ensemble

Quelle synergie sympathique: engagement bénévole sur les alpages en faveur des familles de paysans de montagne avec comme camp de base une maison des Amis de la Nature! Nombreuses sont les raisons convaincantes pour visiter la maison AN Reutsperre, au-dessus de Meiringen.

Déplacer des montagnes! L’injonction n’est pas vraiment modeste, mais nous le savons par expérience: quand on veut, on peut. Et qui n’essaie pas a déjà perdu. Il s’agit donc de prendre les choses en main.

C’est précisément cette idée qui est à la base du projet «Bergversetzer» («déplaçeurs» de montagnes) initié par l’Aide Suisse aux Montagnards et le Groupement Suisse pour les régions de montagne (SAB) qui organisent les interventions des bénévoles dans les régions montagneuses et collaborent entre autres avec la maison Reutsperre appartenant aux Amis de la Nature.

Les jeunes filles et garçons des classes scolaires qui viennent sur les alpages autour de la Reutsperre (sur les hauteurs de Meiringen BE) pour aider les familles de paysans de montagne dans le cadre du programme «Bergversetzer» sont précisément logés à la maison AN Reutsperre. C’est la gérante Daniela Dobrowolski qui leur sert à manger et à boire. En ce moment, «Bergversetzer» offre ses services dans la région de Meiringen à 13 paysans et coopératives.

Un nouveau visage

Déplacer des montagnes – dans un sens, c’est également valable pour la situation de Daniela Dobrowolski, la nouvelle gérante de la maison AN Reutsperre. Après s’être occupée pendant des années dans sa commune d’origine Ernetschwil du sort des demandeurs d’asile et s’être impliquée depuis son enfance dans le mouvement des Amis de la Nature (elle préside la section Jona-Rapperswil), elle a travaillé bénévolement d’innombrables fois à la maison AN Sonnenberg, près du col de l’Etzel. Située à un emplacement magnifique entre les lacs de Zurich et de Sihl, la maison a été rénovée de fond en comble en 2011 grâce à l’initiative des cinq sections AN zurichoises qui la possèdent. Au fil des ans, le désir a muri pour Daniela Dobrowolski de diriger un jour une telle maison AN en régie propre.

Mais il faut un certain courage pour mettre un désir en pratique. Elle a dû se dire qu’elle n’avait rien à perdre en essayant. Maintenant que ses enfants ont quitté le foyer familial, elle vient de reprendre en mai la gérance de la maison Reutsperre. Et c’est elle qui restaure entre autres les «déplaçeurs de montagnes» venus offrir leurs services dans les environs de Rosenlaui.

4500 francs – mais jusqu’à demain!

Déplacer des montagnes – on a de bonnes raisons de croire que la locution «la foi déplace les montagnes» (qui signifie à peu près autant que «vouloir c’est pouvoir») a paru coller à la maison Reutsperre dès sa naissance. L’histoire de la maison AN Reutsperre commence en effet en juin 1935, lorsque les membres fondateurs de la section AN Meiringen s’étaient mis en tête de pouvoir rassembler jusqu’au lendemain (du 22 au 23 juin) la somme alors astronomique de 4500 francs qu’on leur demandait pour la bâtisse. S’ils n’y parvenaient pas, ils n’auraient plus jamais l’occasion d’acquérir ce qui n’était alors qu’une modeste cabane. Des procès-verbaux de l’époque des assemblées de la section viennent confirmer ce qui comptait alors pour eux: «Si nous ne pouvons pas réunir 4500 francs d’ici demain pour cet endroit et qu’on apprend en même temps à Meiringen que les Amis de la Nature obtiennent un endroit dans la région de Rosenlaui, des tiers viendront déjouer nos plans de dernière instance.»

Déplacer des montagnes – en cette soirée du 22 juin 1935, les Amis de la Nature de Meiringen peu fortunés y ont cru et entamé une course contre la montre pour finalement réussir ce qui semblait impossible. Aussitôt après la séance de travail, le «camarade Schild» a enfourché la bicyclette prêtée par le «camarade Steudler» pour se mettre à 22 heures à la recherche de l’argent. Reprenons le procès-verbal de l’époque: «Il est revenu, mais sans argent. Sa source était malheureusement aussi tarie: l’homme n’avait pas cette somme à disposition.»

Pour couper court, ils ont pour finir quand même réussi à rassembler la somme et pu acquérir le vendredi 23 juin 1935 le terrain de la cabane Reutsperre pour 4500 francs. Pour les dix membres de la section de Meiringen qui s’étaient portés caution et avaient accepté de payer de leur poche d’éventuels risques consécutifs à l’achat, c’était un jour de fête. Citons encore le compte rendu officiel: «Malgré toute l’hostilité et la haine à l’égard de notre organisation, nous avons réussi à conquérir un terrain pour une cabane.»

Contribution des centrales électriques

C’est sur ce terrain qu’a ensuite été construite avec le soutien financier de la fédération nationale des Amis de la Nature l’actuelle maison AN Reutsperre. Ce qui au début a rendu les propriétaires fiers et joyeux a tout de même par la suite causé pas mal de soucis au fil des ans aux successeurs. En 1982, c’est la section de Horw (canton de Lucerne) qui est devenue la nouvelle propriétaire de la maison.

Mais cela n’a pas pour autant permis de surmonter aussitôt tous les obstacles. Il a fallu respecter les contraintes plus sévères par rapport à l’assurance incendie, installer et financer un raccordement à la station d’épuration, participer aux frais de construction de la route, raccorder la maison au réseau électrique, améliorer de toute urgence l’approvisionnement en eau – la liste ne cessait de s’allonger. On n’allait pas tarder à comprendre que sans aide financière complémentaire, la section Horw ne pouvait plus s’en sortir.

Et c’est ainsi que l’héritage de la section Horw est passé à la nouvelle section Reutsperre-Oberhasli enregistrée au canton de Berne et que les travaux de la maison ont pu être menés à bien grâce au soutien financier des Forces Motrices de l’Oberhasli KWO. Pour être clair, si cela n’avait pas été possible, la maison Reutsperre n’hébergerait pas aujourd’hui des jeunes intervenant bénévolement sur les alpages voisins dans le cadre du projet écologique «Bergversetzer».

Voyage de découverte

Déplacer des montagnes – le nom de Reutsperre à lui seul semble parfaitement exprimer ce coup de force. L’Ami de la Nature et guide de montagne Emil Feuz, étroitement lié au destin de la maison AN Reutsperre (il en a été le gérant avant d’être aujourd’hui président de la section Reutsperre-Oberhasli), renvoie à la supposition que le lieu-dit Reutsperre pourrait se référer au grand éboulement de 1796 qui aurait formé un barrage (Sperre) pour le ruisseau Reichenbach et ainsi façonné le paysage, respectivement déplacé des montagnes. Une deuxième supposition, elle aussi invérifiable, concerne le fragment «Reute» et avance l’hypothèse d’être dérivé de l’ancien mot «reuten» qui signifie essarter et/ou défricher. Allant à l’encontre de ces deux versions, une troisième supposition parfois avancée explique que Reutsperre désigne une installation qui a pour but de séparer (aussperren) le bétail mâle, le plus souvent jeune. Celui-ci passe l’été sur une soi-disant Ruet-Sperri avant de pouvoir emmener à l’automne des bêtes bien nourries à l’abattoir. Expert en étymologie à l’Université de Berne, Thomas Schneider est d’accord avec cette hypothèse, du moins partiellement. Pour l’inventaire officiel des localités bernoises, le mot Ruetsperri, parfois aussi appelé Rüötsperri, n’est pas définitivement élucidé.

Ce petit détour par l’étymologie, qui pourrait aussi nous conduire au Rosenlaui tout proche ainsi qu’au Rosenhorn et à son glacier, aux termes Rosa, Ross et Rusia correspondant à glacier, torrent et ravin, y associant des lieux comme Monte Rosa, Rosatsch, Rosegg, Rosablanche. Mais après cette petite introspection linguistique, le moment est venu de partir en expédition pédestre. Ou à vélo. Les randonneurs peuvent emprunter à partir de Meiringen un passionnant chemin peu fréquenté jusqu’à la maison Reutsperre (en passant notamment par les célèbres chutes de Reichenbach), à la gorge de Rosenlaui et plus loin sur la Via Alpina par la Grande Scheidegg jusqu’à Grindelwald. Quant aux infatigables adeptes de la petite reine, qui n’ont raté que d’un poil une carrière au Tour de France, la route de Meiringen à la Grande Scheidegg (1500 mètres de dénivelé sur 15 kilomètres) est de toute façon un must à accomplir plusieurs fois par année – soit dit en passant: sans voiture depuis Schwarzwaldalp.

En automne, les alentours de la maison Reutsperre sont un terrain propice à la cueillette de champignons. Deux Amis de la Nature en ont fait l’expérience depuis de longues années: Emil Feuz, cité ci-dessus (voir aussi Concours AN, page 39), et René Merki de Zollikofen, contrôleur mycologue officiel qui a dirigé ces dernières années à la maison Reutsperre de nombreux cours sur les champignons au nom des Amis de la Nature.

Défilement vers le haut