10.12.2019

Du bonheur de débuter

Quelqu’un qui ignore tout de règles du football, a-t-il le droit de commenter un match de la Champions Ligue? Est-ce qu’une personne sans formation de musique classique peut se rendre à un concert de l’orchestre symphonique de Bâle (fondé en 1876) et ensuite s’exprimer publiquement? Ou, est-on légitimé d’écrire sur l’escalade indoor si on n’a jamais mis auparavant les pieds dans une salle de grimpe?

Regula m’avait prévenu préalablement par mail que je devais emporter avec moi une paire de chaussures. En effet, il est interdit de se promener dans la halle d’escalade pieds nus autant que d’y déambuler en souliers de ville. Regula? C’est elle qui m’avouera plus tard qu’elle avait à deux ans déjà escaladé des échafaudages avant de suivre une formation de menuisière et de travailler actuellement dans le département informatique d’un hôpital zurichois tout en prêtant maint forte au service des pompiers de l’entreprise. Ce qu’elle préfère faire pendant les vacances, c’est d’escalader de vertigineuses parois rocheuses, que ce soit dans les Alpes ou, comme cet automne, en Corse.

Mais commençons par le début: en gare principale de Zurich je suis monté dans un RER qui a traversé un paysage qui ressemblait exactement à l’image que je m’étais toujours faite de telles régions: une zone mitée, un patchwork d’immeubles d’entreprises et de maisons petites et grandes, avec des rues dans tous les sens, n’épargnant que ci ou là un îlot de verdure. Bien des heures plus tard, sur le chemin du retour après la partie d’escalade, mon précieux compagnon de cordée dans la salle de grimpe Erich me confiera: «Quand j’étais enfant, le Glattal était encore une zone agricole.»

Venons-en à parler de Milandia, près de Greifensee. Vu de l’extérieur, ce centre de loisirs et de sport ressemble à n’importe quel autre. Ainsi, tous les immeubles sont entourés de verdure. Or, j’avais cru comprendre en lisant le prospectus que le centre sportif de Milandia à Greifensee était équipé de l’une des plus grandes installations solaires qui soit, ce qui prouvait qu’une conscience environnementale exigeante était tout à fait compatible avec ce que l’on est en droit d’attendre d’un centre de loisirs ultramoderne.

Ici une porte, là un couloir, puis le vestiaire avec ses casiers. Je finis par me retrouver en survêtement devant un comptoir. Où devrait-on parler à Milandia de réception? Ou simplement desk? Ou accueil? Quoi qu’il en soit, l’homme derrière le «guichet» a l’air jeune, en bonne santé et bien disposé, il…


Vous êtes curieux ? Vous trouverez l’article complet dans l’Ami de la Nature 04/19. Il vous suffit de vous abonner au magazine via notre boutique.

Défilement vers le haut