26.03.2020

Floraison de crocus dans l’Emmental

Cet itinéraire reliant Trubschachen et Schangnau en passant par Pfyffer et Wachthubel longe exactement la frontière cantonale entre Berne et Lucerne. La randonnée est plus particulièrement attrayante au printemps: à cause des crocus en fleurs sur le Rämisgummen.

L’alpe Rämisgummen est un lieu-dit connu loin à la ronde: elle est considérée comme l’une des plus belles alpes du canton de Berne. Et jusqu’en 1981, cette alpe était la propriété d’un personnage haut en couleurs: Madame de Meuron.

Il n’y a pas que le style de cette aristocrate bernoise résolue (toujours armée d’un cornet et d’un chapeau) qui ait marqué les esprits, son vocabulaire lui aussi était extravagant : «Syt dihr öpper oder nämet dihr Lohn?» (Etes-vous quelqu’un ou salarié?) aurait été la phrase type par laquelle la multiple châtelaine abordait les personnes qui lui étaient jusque là inconnues. C’est donc cette vénérable Madame de Meuron (plus précisément Louise Elisabeth de Meuron-von Tscharner) qui possédait il y a 40 ans encore cette magnifique alpe dans la région limitrophe entre Berne et Lucerne.

A propos de zone limitrophe: l’itinéraire suggéré ici de Trubschachen (sur les rives de l’Ilfis) à Schangnau (où l’Emme prend sa source) correspond à un tronçon du sentier frontalier dans la région du Napf. Il s’agit d’un chemin de grande randonnée qui conduit en six étapes journalières de Langenthal BE au monastère baroque St. Urban LU et par-dessus le Napf (1408 m) jusqu’au Brienzer Rothorn (2350 m) – toujours le long de la frontière cantonale, ce qui signifie d’un côté le territoire bernois profondément marqué par la Réforme et de l’autre le canton de Lucerne autrefois résolument catholique.

Biscuits, câbles en acier et Spezia Rara

Nous démarrons notre randonnée à Trubschachen (sur la ligne Regio-Express Berne-Lucerne) et en descendant du train, le visiteur se retrouve devant un premier emblème du village: la fabrique de biscuits Kambly fondée en 1910 par le boulanger Oskar Kambly. Son premier produit, le bretzel Kambly, est aujourd’hui exporté aux quatre coins du monde. Une autre société implantée ici depuis plus de 100 ans est elle aussi présente dans le monde entier: la corderie Jakob. L’entreprise se trouve à 2-3 minutes à pied de la gare et vaut le détour. En observant la façade de l’usine …


Vous êtes curieux ? Vous trouverez l’article complet dans l’Ami de la Nature 01/20. Il vous suffit de vous abonner au magazine via notre boutique.

Défilement vers le haut