10.12.2019

L’Initiative des Alpes tire la sonnette d’alarme

La route de la soie! Pour beaucoup de nous, cela évoque un certain exotisme et la nostalgie des pays lointains. Dans le secteur touristique, c’est un terme accrocheur pour la publicité. Les voyagistes visent à travers cela un sentiment diffus de nostalgie. Le passé est magnifié au détriment de la situation actuelle. Mais les bouleversements qui se dessinent à l’horizon ne devraient pas tarder à promettre une fin brutale à cette douce tentation et devenir en lieu et place de douloureux révélateurs. Et ces changements vont de pair avec le développement de cette fameuse «route de la soie».

Pourquoi? Parce que la route de la soie du XXIe siècle nous confronte et continuera de nous confronter plus encore à des défis de dimensions jusqu’alors inconnues. Nos Alpes seront particulièrement concernées par ce projet. Pourquoi les Alpes? Parce que la Chine investit massivement dans le développement des ports en Méditerranée. Quant à la marchandise d’Extrême-Orient acheminée en Europe à bord de méga-cargos, elle est principalement destinée aux marchés de l’est de la France, du sud de l’Allemagne, de l’Autriche et de la Suisse et le transport de ces biens se fera principalement via le Gothard et le Simplon.

L’équivalent de 10’000 camions

L’association de l’Initiative des Alpes, qui s’engage depuis plus de 25 ans en faveur d’un transfert du trafic de poids-lourds transitaire de la route vers le rail, tire en conséquence la sonnette d’alarme. Elle a calculé qu’un cargo venu de Chine arrivera dans un futur proche dans le port de Savona (qui est en train d’être aménagé en port en eau profonde) avec à son bord jusqu’à 20’000 conteneurs. En d’autres termes, un tel cargo gigantesque transportera autant de marchandises que 300 trains ou 10’000 camions! Et cette marchandise ne restera pas longtemps dans les entrepôts portuaires, étant destinée majoritairement aux consommateurs vivant au nord des Alpes.

L’inauguration, le 12 décembre, du port Vado Gateway, à l’ouest de Gênes, a marqué une nouvelle étape de cette évolution. Ce nouveau port permet d’accueillir dorénavant les plus grands cargos à conteneurs du monde. D’autres étapes dans cette direction ne von pas tarder à suivre. La Chine investit ainsi massivement en ce moment dans l’agrandissement des ports de La Spezia et de Trieste. Pour les exportateurs d’Extrême-Orient, les port en Ligurie et au nord de l’Adriatique sont plus vite accessibles que les ports de Rotterdam, Anvers et Hambourg. L’attention vigilante et critique de la part de protecteurs des Alpes sceptiques face à la croissance restera donc à l’avenir plus indispensable que jamais.

Défilement vers le haut