10.12.2019

Parce que nous les voyons si rarement…

Même si une loi fédérale les protège, elles se sont passablement raréfiées dans notre pays: l’hermine et la belette. En effet, les deux espèces réagissent de façon particulièrement sensible à l’appauvrissement du paysage. D’où le gros plan que l’«Ami de la Nature» propose au sujet de ces deux chasseurs redoutables – elles sont les plus petites représentantes de nos prédateurs indigènes.

Dans le langage courant, les espèces de martres sont souvent résumées sous le terme générique de belette. Or, cette typologie concerne non pas une mais deux espèces distinctes: l’hermine et la belette. Toutes deux font partie de nos plus petits prédateurs indigènes et sont très proches de la fouine et du blaireau. Leur corps longiligne aux courtes pattes en fait d’excellents chasseurs de campagnols aux entrées des tunnels.

Afin de déterminer avec exactitude ces deux espèces, il suffit de comparer leurs queues: lorsque la pointe d’une queue relativement longue est noire, il s’agit de l’hermine, peu importe qu’elle porte son habit d’été brun ou d’hiver blanc. En revanche, la queue est relativement courte et toujours d’une teinte brune. La coloration blanche en hiver est également typique pour l’hermine. Mais attention: il existe aussi des belettes qui se drapent de blanc en hiver. On les retrouve en montagne et elles sont plus petites que leurs congénères ordinaires, d’où leur surnom de belettes naines.

Envie de souris

Les belettes adorent les souris. Mais il y a souris et souris. Les belettes préfèrent les campagnols qui vivent majoritairement sous terre, au grand désespoir des agriculteurs. Contrairement aux souris à longue queue, à l’image de Mickey de Disney, les campagnols sont plutôt rondelets, avec de petits yeux et de fines oreilles ainsi qu’une courte queue. La belette ne mesurant qu’environ 20 centimètres de long, ce petit prédateur chasse évidemment de petites proies, plus particulièrement les campagnols agrestes et les campagnols communs. Légèrement plus grande de taille, l’hermine chasse surtout les campagnols terrestres mais peut tout à fait se tourner vers d’autres souris, oiseaux et insectes en cas de pénurie alimentaire.

Efficace pendant l’accouplement…

L’hermine et la belette se ressemblent et semblent vivre de la même façon. Mais en y regardant de plus près, hormis leur teinte, elles se distinguent également dans leur processus de reproduction. Les deux espèces s’accouplent certes au printemps mais le développement de l’hermine est interrompu après la fécondation de l’œuf. Ce n’est…


Vous êtes curieux ? Vous trouverez l’article complet dans l’Ami de la Nature 04/19. Il vous suffit de vous abonner au magazine via notre boutique.

Défilement vers le haut