10.12.2019

Salutations hivernales de la toponymie

L’hiver est là et avec lui viendront (espérons-le) la neige, la glace et le froid. Sans oublier la couleur blanche. En d’autres termes: l’hiver laisse des traces et des marques bien visibles non seulement dans le paysage et dans l’âme des habitants, mais aussi dans la toponymie, c’est-à-dire les noms des lieux. Voici une sélection de noms et de lieux-dits ayant un rapport avec l’hiver.

Commençons par quelques noms qui ne font que semblant de se référer à la saison froide. L’exemple le plus connu est sans doute Winterthur, une récente réinterprétation populaire qui associe le nom de la rivière Thur au terme Winter (= hiver). Un regard sur les attestations historiques (env. 280 Vitudoro, 294 murum Vitudurensem) nous montre qu’il s’agit d’un nom celtique qui désignait un portail ou une clôture en osier tressé.

Aucun lien avec l’hiver non plus en ce qui concerne le hameau Winterswil BE et le village Wintersingen BL. Leurs suffixes toponymiques typiques –wil et –ingen nous indiquent qu’il s’agissait d’anciennes colonies alamanes qui reprenaient le nom de leur fondateur dans la toponymie. Dans les deux cas, il s’agit d’un dénommé Winidhari, Winitheri ou encore Winither. Les localités désignent par conséquent une ferme ou une colonie d’un Winidhari.

Ski, gant et autres fausses pistes

Le ski est sans conteste l’activité hivernale la plus connue. On s’attendrait à en retrouver la trace dans la toponymie. Evidemment, il existe quelques cabanes qui ont réussi à placer leur nom sur la carte topographique de Suisse. Or il ne s’agit plus de lieux-dits mais de simples noms de bâtisses.

A première vue, il semble tout de même y avoir quelques lieux-dits se référant à Ski ou Schi, comme Schywäldli (près de St.Stephan BE) ou Schimösermad (à Iseltwald BE). Mais ce n’est qu’apparence. Le nom reprend en effet le mot suisse alémanique Schïe(n), Scheie(n) f. qui désigne une fine latte, une longue planche ou un piquet de clôture. Ces toponymes se réfèrent donc à un terrain qui est ou était entouré d’une clôture. Ces lattes ou planches (Scheien) ont par conséquent servi jadis à fabriquer des skis. Signalons enfin que notre terme ski est un cousin étymologique du mot norvégien éponyme.

Le froid en hiver nous pousse à nous habiller chaudement. Certains lieux-dits semblent y faire allusion, comme Hentscheried (Hentsche=gant) à Spiez ou Jaggematte (Jagge=blouson) à Gsteig, près de Gstaad. Comme vous…


Vous êtes curieux ? Vous trouverez l’article complet dans l’Ami de la Nature 04/19. Il vous suffit de vous abonner au magazine via notre boutique.

Défilement vers le haut