14.06.2019

Sentier culturel des Alpes – traversée enrichissante

La grande randonnée a aujourd’hui le vent en poupe. Parmi les sentiers pédestres les plus connus à l’échelle européenne, il faut citer les chemins de pèlerinage vers Rome et Saint-Jacques de Compostelle, les Kungsleden en Suède, la route Munich-Venise ou encore la GR 20 à travers la Corse. En ce qui concerne la Suisse, le Sentier culturel des Alpes, lancé il y a 20 ans par les Amis de la Nature, a constitué un important jalon dans l’évolution des chemins de grande randonnée.

Traverser – tel était l’une des idées fondatrices du Sentier culturel des Alpes. Cela aussi bien géographiquement que thématiquement. Depuis St-Gingolph, au bord du Léman, le Sentier culturel traverse la Suisse en 30 étapes pour un total de 650 kilomètres jusqu’à Müstair, à l’extrémité orientale de la Suisse.

Traverser – cela sous-entend que le Sentier culturel nous emmène aussi dans les quatre régions linguistiques de Suisse. Les étapes journalières sont conçues de manière à être à la portée de tous. Même s’il y a quelques cols à franchir (15 au total), aucun parmi eux n’est difficile. Pour celles et ceux qui ont l’intention de parcourir l’ensemble de la route, il s’agit d’abord de franchir le col de Jaman (1512 m) qui conduit de Montreux, respectivement Les Avants, vers la région de Gruyères et du Pays d’Enhaut (Château d’Oex). La fin du parcours, à «l’autre bout de la Suisse», franchit au sud de Scuol le Pass da Costainas (2251 m) via S’Charl jusqu’à Lü et le village de Müstair avec son monastère.

Réorienter le regard

Traverser – en cours de route, les randonneurs rencontreront en Suisse une «culture» multiple. Cet aspect est notamment abordé par l’ouvrage «Sentier culturel des Alpes – du Lac Léman au Val Müstair» édité il y a 20 ans (le 9.9.99) par la Fédération Suisse des Amis de la Nature. Il évoque entre autres des caractères aussi divers que Lord Byron, Jean-Jacques Rousseau et Frère Klaus. Il est question du latin des chasseurs, de dragons, de menhirs et de la «culture» du trafic transitaire. On retrouve aussi des rituels de partage de fromage et des lynx, l’avis d’un charpentier …


Vous êtes curieux ? Vous trouverez l’article complet dans l’Ami de la Nature 02/19. Il vous suffit de vous abonner au magazine via notre boutique.

Défilement vers le haut