13.09.2019

Convergence de piritualité, recherche et onservation du patrimoine

Müstair, au fin fond du val grison éponyme, constitue la dernière étape du Sentier culturel des Alpes. Une visite de son monastère St. Johann offre un regard sur 1200 ans d’histoire et ses trésors artistiques provenant de différentes époques sur fond d’une architecture captivante, de recherches contemporaines et d’une profonde spiritualité.

En venant de Suisse alémanique à Müstair, la route par-dessus le col de l’Ofen est l’itinéraire le plus fréquenté. Par rapport aux transports publics, cela signifie en clair: en train à Zernez, puis en car postal à travers un paysage alpin jusqu’en haut du col et descente du Val Müstair. Le Sentier culturel des Alpes initié par les Amis de la Nature (voir aussi page 12) choisit une autre route: de Scuol à S’charl, puis traversée de la forêt d’aroles de Tamangur et enfin par-dessus le Pass da Costainas via Lü et Sta. Maria à Müstair.

St. Johann – un pont vers le passé

Arrivé à Müstair, le voyage peut se poursuivre jusque vers la fin du VIIIe siècle. Après la conquête de la Lombardie, Charlemagne a été surpris par une tempête de neige lors de son retour par-dessus le col de l’Umbrail. S’il devait en sortir vivant, il jurait d’y construire un monastère. Il tint sa promesse. C’est ainsi qu’a été fondé selon la légende le monastère St. Johann à Müstair. Les cernes annuels du bois de l’église monacale semblent confirmer la datation basée sur la légende: les arbres ont bel et bien été abattus en 775.

Patrimoine mondial de l’UNESCO

Die Klosterkirche muss zur Gründungszeit prachtvoll gewesen sein. Noch heute kann man dieser Pracht nachspüren. Der grösste und best erhaltene Wandmalereizyklus aus dem Frühmittelalter trug dazu bei, dass die Kirche und die gesamte Klosteranlage 1983 zum UNESCO Welterbe erhoben wurden.

L’église monacale a dû être magnifique à l’époque de sa fondation. On ressent encore de nos jours quelque chose de cette ancienne splendeur. Le plus grand cycle de peintures murales parfaitement conservées du haut Moyen Age a valu à l’église et au couvent d’être inscrit en 1983 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’église du couvent était initialement décorée de peintures jusque dans les derniers recoins. L’histoire du salut dans son intégralité s’est emparée des moines et des dignitaires spirituels dans cette imposante maison de Dieu. La maison était décorée de marbre blanc originaire de Laas, dans le Vinschau voisin du Tyrol du Sud. Jusqu’à 45 moines bén…

Vous êtes curieux ? Vous trouverez l’article complet dans l’Ami de la Nature 03/19. Il vous suffit de vous abonner au magazine via notre boutique.

Défilement vers le haut